Saturday
24
May

Serpents pas méchants

<Samsung D70 / D75 / S730 / S750> Sur le sentier de l’échappée verte, les promeneurs sont parfois amenés à apercevoir des serpents, mais il n’y a aucune raison d’avoir peur… Parmi les agents de l’équipe des sentiers et ruisseaux, aucun ne se souvient avoir vu une vipère depuis 2004, tandis que des dizaines d’inoffensives couleuvres sont observées chaque année! La présence de trois espèces de ce prédateur inoffensif pour l’homme sur nos espaces naturels, plus que vous effrayer devrait au contraire vous rassurer. Les serpents, situés en haut de la chaîne alimentaire, sont des bio indicateurs intéressants.

Probablement du fait de ses mœurs presque exclusivement aquatiques, la couleuvre vipérine reste assez méconnue. Dans le ruisseau du Caussels l’espèce est localement représentée par plusieurs individus visibles dans des souches creuses ou sous quelques gros galets. Malheureusement,

du fait de sa trop grande ressemblance avec la Vipère et en dépit de la règlementation qui protège les reptiles, la peur ancestrale d’une morsure conduit certaines personnes à commettre l’irréparable. En 2010, 9 individus exterminés avaient été trouvés sur une berge du Caussels.

Cet animal chasse les poissons selon une technique particulière : après avoir attrapé sa proie, le serpent sort de l’eau à reculons afin d’engloutir sa victime sans que celle-ci ne puisse s’enfuir. Les sorties de l’abri d’hivernage ont lieu au printemps lorsque le sol, chauffé par les premiers rayons du soleil, atteint une température suffisante (plus de 25°c).

La Couleuvre à collier est elle aussi visible dans les milieux aquatiques. Elle chasse aussi bien dans l’eau que sur la terre ferme. Prédatrice de petits animaux des eaux douces et de leurs environs, elle capture sans mal les grenouilles avant de les engloutir lentement.Les petits poissons, les têtards, les oisillons et les lézards sont aussi consommés. Elle n’est pas rare dans les bois, les prairies, les fossés et ne craint pas de s’aventurer dans les jardins. Un terrier de rongeur, une fissure du sol, un espace entre les racine lui suffisent pour se cacher à la vue de ses prédateurs (héron cendré ou buse variable notamment). Ce serpent dont la coloration varie beaucoup possède un collier souvent jaune clair bordé par deux tâches noires à l’arrière qui rend l’identification facile.

La troisième espèce de couleuvres visible sur l’échappée verte est la Couleuvre verte et jaune. Ce serpent diurne très rapide se plaît à fréquenter les talus ensoleillés, les lisières, les ruines, les taillis secs. Remarquable grimpeuse, il n’est pas rare de voir la Couleuvre verte et jaune glisser de branche en branche, le tronc raidi dans des buisson épineux et des arbustes. Son menu est très varié, ainsi, selon les sites et les saisons elle mange aussi bien des mulots, des oisillons, des campagnols et des souris, que des grenouilles et des jeunes lézards verts. Elle peut aussi à l’occasion capturer d’autres serpents et des gros criquets.