Sunday
25
November

Quercus suber

Quercus suber
Chêne liège
Fagaceae

Arbre dont la hauteur varie entre 10 et 20 m, pour un tronc d’environ 1 m de diamètre (jusqu’à au moins 2 m sur de très vieux sujets). Le feuillage est persistant (durant 2/3 ans), vert foncé luisant et glabre sur la face supérieure; le revers est recouvert d’un dense tomentum blanchâtre.
La couronne est assez dense, conique, arrondie, puis en forme de dôme ample, irrégulier et étalé. Le tronc est souvent tortueux, à l’écorce sombre, recouverte d’un liège épais pouvant atteindre 5 cm d’épaisseur. Il a été décrit en 1753 mais introduit en Angleterre dès 1699.
Le chêne liège apprécie la chaleur, l’ensoleillement et n’exige pas des sols riches et redoute les sols trop calcaires. C’est un chêne héliophile tout à fait résistant aux grandes chaleurs estivales car le feuillage persistant, ainsi que l’épaisse écorce, régulent bien l’évapotranspiration, mais c’est le froid qui est le facteur limitant (-10°C) et n’apprécie pas la neige.
Il résiste bien aux vent violents grâce à un enracinement très puissant pénétrant même les sols très durs et rocailleux. Cependant, le démasclage (prélèvement du liège) diminue la résistance de l’arbre face aux rigueurs du climat et vis-à-vis des agresseurs naturels.
C’est un arbre robuste au comportement solitaire ayant besoin d’espace pour un développement optimal et qui ne supporte pas la concurrence. Il résiste bien aux incendies, rejette bien de souche, mais les jeunes pousses restent sensibles au gel.
Sa durée de vie varie de 250 à 400 ans, parfois davantage, mais la longévité est fortement réduite par les opérations de démasclage.