Wednesday
30
July

Pyrale du buis

pyrale-du-buis-indicesTriste nouvelle pour les broderies et les topiaires albigeoises. Des chenille de la pyrale du buis ont été découvertes dans le Parc Rochegude. Ce fléau (Diaphania perspectalis) est un nouveau parasite vorace venu d’Asie (Chine, Japon, Corée). Les dégâts causés par les chenilles peuvent entraîner la mort des buis. La propagation de la pyrale est marquée par l’absence de prédateur naturel capable de décimer ce parasite. La pyrale du buis hiberne sous forme de chenille, abritée dans un cocon. Au début du printemps, elles reprennent leur activité. Après un stade larvaire de 4 semaines,elles entament leur nymphose (environ une semaine). Une fois éclos, les papillons cherchent de nouveaux buis dans les environs et déposent leurs œufs sur la face inférieure des feuilles. Trois à quatre générations par ans sont possibles!!!
Il est important de procéder au contrôle régulier des buis de début avril à fin septembre. En cas de faible infestation, les chenilles peuvent être enlevées à la main (elle ne sont pas urticantes) et noyées (bassine remplie d’eau et obligatoirement d’un peu de liquide vaisselle). Lorsque les plantes sont très feuillues, il faut impérativement contrôler l’intérieur du feuillage. En cas de forte infestation, le recours à des produits phytosanitaires est souvent inévitable.

Pour réduire l’attaque des chenilles et dans l’attente d’effectuer un traitement, vous pouvez lutter mécaniquement :

  • Si vos buis sont de petites tailles et peu nombreux, il est possible d’envisager une lutte physique en coupant les parties de la plante infestées et en enlevant manuellement les œufs, les chenilles vertes et noires et les chrysalides de la pyrale du buis
  • Si vous possédez des haies de buis ou des buis de grandes tailles, vous pouvez secouer ou frappez vos buis avec un bâton. Les chenilles étant sensibles aux vibrations, elles tomberont au sol. Pour faciliter le ramassage, disposer au préalable un filet ou un tissu au pied vos buis. Vous pourrez ensuite ébouillanter ou bruler les chenilles.

La lutte biologique est à privilégier et des préparations bactériennes à base de Bacillus thuringiensis var. Kurstaki sont disponibles dans le commerce. Les applications par pulvérisation doivent s’effectuer dès l’apparition des premières larves. L’efficacité de nématodes entomophages de l’espèce Steinernema carpocapsae a été démontrée en laboratoire.