Thursday
04
June

Psylle de l’Albizia

dscn0471 « J’ai un problème avec mon albizia , il est sain, avec de nombreuses branches et fleurs, mais impossible de  laisser quelque chose dessous! Tout est « contaminé » par une substance collante qui encrasse le terrasse ou les voitures…  » Les fines paillettes blanches visibles sous les albizias sont en fait un miellat sécrété par un insecte homoptère piqueur-suceur originaire d’Asie. Le psylle de l’Albizia (Acizzia jamatonica),

introduit en France en 2001, s’est très vite propagé. L’espèce passe l’hiver au stade adulte. Plusieurs générations se succèdent durant l’été en fonction des conditions climatiques. Les dégâts s’observent sur feuilles, fleurs, gousses et jeunes pousses qui sont colonisées par les larves et les adultes qui produisent au mieux d’importantes quantités de miellat et qui au pire engendrent une défoliation précoce totale. La sécrétion abondante de cires et miellats favorise la formation de fumagine (dépôt noir provoqué par un champignon mais sans nuisibilité). Si la situation est parfois insupportable elle n’est pas désépérée pour autant. Si vous optez pour une lutte chimique, il est préférable de se faire conseiller par un professionnel (afin de choisir un produit adapté à votre usage) mais vous pouvez aussi vous orienter vers des solutions plus douces. Surveillez de très près les jeunes pousses, dès le gonflement des bourgeons. Vous pourrez ainsi   délogeant les larves installées sur les rameaux au jet d’eau : arroser à l’eau froide les arbres avec une légère pression permet de limiter les attaques de cet insecte.

La lutte biologique peut également être envisagée. Cette dernière, utilisant coccinelles (Adalia bipunctata) et punaises (Anthocoris nemoralis) doit être  mise en œuvre  au printemps quand la démographie des psylles est encore basse : Vaporiser les arbres avec un insecticide à base de savon noir donne aussi des résultats satisfaisant mais attention, le mélange eau et savon noir (dilution à 2%) ainsi que les pulvérisations de pyrèthre sont assez efficaces mais peu appréciés des coccinelles. La recette de l’insecticide à base de savon noir : 2 cuillères à soupe de savon liquide diluées dans 1 litre d’eau tiède (dilution à 5 %) ; une fois la préparation refroidie, pulvérisez-la sur les plantes atteintes, en prenant soin de ne pas oublier l’envers des feuilles. À renouveler 1 à 2 fois si nécessaire, pour être totalement débarrassé des indésirables. Et s’il vous reste un fond d’eau savonneuse dans le pulvérisateur après le traitement, vous pouvez le verser sur une fourmilière gênante. Ne pulvérisez pas la solution à base de savon noir en pleine journée, sous le soleil (ni sous la pluie !) ; procédez le matin de bonne heure ou patientez jusqu’à la fin de journée, lorsque les températures sont en dessous de 20°C.