Monday
29
June

Peste végétale

renouee-du-japonLa renouée du Japon a été introduite en Europe, au début du 19ème siècle, comme plante d’ornement. Depuis, elle s’est développée de façon exponentielle et s’observe sur l’ensemble du territoire français. Cette plante qui peut atteindre une hauteur de 3 m, constitue des touffes et développe un important système souterrain constitué de rhizomes. Ses feuilles denses et ovales ont une longueur d’environ 20 cm. Elle est classée parmi les 100 espèces les plus préoccupantes

(Union Internationale pour la Conservation de la Nature) au niveau mondial, car elle n’a pas de concurrence et ne subit aucune prédation. En France elle est cataloguée comme plante invasive car elle entre en compétition avec les espèces autochtones et peut concurrencer ou menacer des espèces rares, protégées ou à forte valeur patrimoniale. Par sa prolifération, elles modifie également les écosystèmes et favorise :

  • l’érosion des sols par absence de couverture végétale en hiver
  • l’uniformisation du paysage
  • la perte de la biodiversité par l’élimination des autres espèces végétales

La renouée s’est dispersée le long des axes routiers, des voies ferrées, dans les terrains vagues, les terrains industriels, mais aussi le long des canaux et des rivières. Elle colonise progressivement les forêts, les talus, les marais mais aussi les champs cultivés.  Elle est capable de se propager à partir de fragments de racines : un simple un fragment de tige suffit pour qu’une bouture apparaisse (quelques grammes de tiges suffisent à donner un nouveau pied de Renouée). L’usage de la débroussailleuse est donc à éviter absolument. Pourquoi est-elle aussi préoccupante ? Une fois installée, la Renouée va s’étendre comme une tache d’huile, et former un peuplement monospécifique. Il y a plusieurs raisons à ces capacités de colonisation hors norme :

  • la propagation par le réseau dense de ses rhizomes (pouvant progresser de 4m par an)
  • sa très grande capacité de régénération (bouturage et rhizomes)
  • la densité de son feuillage privant de lumière les autres plantes
  • la sécrétion par ses racines de toxines empêchant le développement d’autres plantes
  • sa très grande résistance (elle peut percer le bitume)
  • sa longévité (un rhizome peut rester en dormance plusieurs dizaines d’années)