Monday
06
June

Ophrys et compagnie

DSC_4185Les Ophrys abeille et les Orchis bouc sont actuellement faciles à observer sur de nombreux espaces albigeois. Regardez de plus près, éventuellement avec une loupe la complexité des fleurs… Le pétale du bas (appelé labelle), qui se distingue par sa forme et sa couleur, sert de terrain d’atterrissage aux insectes pollinisateurs. À la base il se prolonge vers l’arrière en un éperon qui contient généralement le nectar. En observant attentivement, il est possible de voir que les étamines et les pistils ont fusionné pour former le gynostème, sorte de colonne surmontant l’ovaire que seules les orchidées possèdent. Beaucoup d’espèces, en particulier les Ophrys, sont pollinisées par les abeilles et les guêpes selon un processus de pseudocopulation : le labelle qui a la forme d’un insecte attire de vrais insectes mâles qui tentent de s’accoupler avec la fleur. L’Ophrys abeille (cf. photo) peut également s’autopolliniser, lorsque la plante bouge. L’orchis Pyramidal qui est particulièrement présente cette année et dont l’inflorescence en épi est remarquable, est pollinisé exclusivement par des papillons à longue trompe.