Thursday
20
August

Mineuse du marronnier

SONY DSC« Mon marronnier perd toutes ses feuilles en été…! »

Depuis quelques années les propriétaires de marronnier et les usagers des parcs de la Ville observent de spectaculaire dégâts sur les feuilles des marronniers durant l’été (nécroses et brunissements). S’il est vrai que les dégâts occasionnés perturbent les fonctions chloro­phylliennes et empêchent l’arbre de constituer des réserves suffisantes, peu de cas mortalité sont constatés.

Le responsable en est la chenille d’un petit papillon capable de multiplier par 10 sa population à chaque génération, or la Mineuse du marronnier Cameraria orhidella, car c’est son nom, a généralement 3 générations par an en France. Ce petit papillon dont les chenilles creusent des galeries dans les feuilles de marronnier provoque un brunissement des feuilles et leur chute précoce en été. Signalé en France dès 1998, il a désormais envahi la quasi totalité des départements français. La mineuse du Marronnier, Cameraria ohridella, est un petit papillon (une teigne) de couleur brun ocre et faisant de 3 à 5 mm de long. Après avoir hiberné dans la litière sous forme de nymphe, les premiers papillons apparaissent début Mai (1er vol). Une fois fécondées, les femelles pondent des œufs minuscule à la surface de la feuille. Trois semaines plus tard, les chenilles sortent et pénètrent dans les feuilles. Ces dernières fortement minées brunissent et tombent prématurément. Après 3 à 5 semaines d’activité, elles se métamorphosent dans les feuilles et une nouvelle génération apparaît généralement en juillet (2ème vol) et un 3ème en Septembre (3ème vol). Ainsi on compte généralement de 2 à 3 cycles /an. Un certain nombre de chrysalides entrent en diapause à partir du mois de juillet et tombent avec la feuille au sol pour hiberner. Plusieurs prédateurs non-spéifiques tels la mésange bleu ou le perce-oreille se nourrissent de mineuses mais leur action ne suffit pas pas à réguler des populations capables de reconstruire très rapidement. Il faut savoir qu’un traitement avec des insecticides est particulièrement difficile car la mineuse du marronnier se trouve la plupart du temps de son cycle de vie dans les mines dans la feuille. Pour lutter contre ce parasite, la meilleure méthode, qui est la moins coûteuse, consiste à détruire les formes hivernantes de la mineuse. Il suffit de ramasser soigneuseument les feuilles et de les brûler. Il est aussi possible de s’orienter vers un compostage à condition que celui-ci soit bien mené (tas remué régulièrement) car ce ravageur qui résiste aux grands froid serait sensible à la chaleur. Le service des Parcs Jardins et Espaces Naturels de la Ville d’Albi, en plus de cette opération, procède à la mise en place de pièges à phéromones. La structure du piège est fabriquée en matériel résistant aux intempéries. Le piège à phéromone peut atténuer une invasion parfois même la stopper. Les phéromones sont des signaux qui sont échangés entre les individus d’une espèce et qui influencent leur comportement. Le procédé consiste à attirer les mâles grâce à la phéromone synthétique posée dans le piège. Le mâle se fait piéger croyant avoir trouvé une femelle. Le piège est à accrocher sur l’arbre.  La durée d’efficacité d’une phéromone est d’environ 4/5 semaines. Fixation :       attacher avec de la ficelle sur la branche d’un marronnier à plus de 2m pour éviter la vandalisme mais pas trop haut pour accéder facilement au dispositif. Entretien :     Placer la capsule dans l’habitacle prévu à cet effet, remplir le réservoir à 2/3 avec de l’eau savonneuse. Une à deux fois par semaine changer l’eau.