Tuesday
01
October

Le temps des boutures

bouture-coleus Cette semaine les agents du secteur production ont réalisé de nombreuses boutures de Coleus, Achyrantes, Coreopsis, Agastache et d’une douzaine de variétés de Sauges (les prélèvement ayant été réalisés dans la collection installée au Parc Rochegude). Le bouturage est une technique de multiplication qui donne à partir d’un fragment de tige, de racine, de feuille ou d’un bourgeon une plante identique à celle dont provient cet organe. Le fragment prélevé est alors mis en situation favorable (suivant le mode de bouturage utilisé) afin qu’il puisse développer des racines (nous utilisons un terreau de semis très fin). Ainsi, il est capable de se nourrir et de se développer comme une nouvelle Plante. Cette nouvelle plante aura vraiment toutes les caractéristiques génétiques de la plante mère : taille, port, couleur etc…Il s’agît d’un des modes de multiplication asexuée le plus utilisé en pépinière mais il n’est pas applicable à tous les végétaux

Vous pouvez donc bouturer les variétés suivantes : Dahlia, géranium, coleus, Fuchsia, arbres et arbustes… Si vous semez les graines récoltées des plantes à feuillage décoratifs, pourpre, vert panaché vous risquez d’obtenir une plante verte, couleur d’origine. Ce qui n’arrivera pas si vous bouturez. Il existe plusieurs types de bouturage dont nous allons vous exposer les grandes lignes. Alors bon courage et n’ayez crainte, c’est facile…

Bouture herbacée sous œil : Au printemps, prélevez des boutures herbacées sur des pieds mères. Coupez net, sous un œil situées au-dessous du 6ème rang. Enlevez les deux feuilles de base, puis coupez à moitié les feuilles du deuxième rang pour limiter l’évaporation par transpiration. Les espèces à multiplier par ce mode de bouturage sont les plantes à massifs.

Bouturage « en sec » à talon ou sous l’oeil  : Ce mode de bouturage se fait sur des arbres et arbustes caducs. En fin d’année, novembre coupez des boutures dès la perte des feuilles. Les boutures doivent faire 15 à 20 cm de longueur et doivent être placées dans du sable en attendant le repiquage en février – mars. Pour le repiquage, il faut les placer dans de la terre allégée par un mélange de sable et de tourbe.

Bouturage à talon ligneux : Ce mode de bouturage s’applique au conifère et aux arbustes à feuillage persistant. Pour appliquer ce bouturage il faut prélever une bouture de 7 à 12 cm de longueur. La bouture doit garder sa base appelé « talon ». Cette opération se fait d’août à octobre. L’enracinement des boutures de conifère et de persistants est lente alors vous pouvez utiliser des hormones de synthèse qui stimule l’apparition des racines.

Bouturage mi-aoûté à talon: Ce mode de bouturage s’applique aux arbustes à feuillage persistant. Lorsque vous détachez une bouture, il faut la sectionné à l’aide d’une lame en conservant à la base une petite portion de leur point de naissance sur la souche. Cette portion se nomme « talon ». Ensuite, supprimer les feuilles inférieures pour mettre la base de la bouture dans du sable afin qu’elle prenne racine. Pour les autres feuilles, vous devez les couper à moitié.

Le marcottage : C’est une forme de bouturage mais qui présente plus de réussite. Le marcottage consiste à provoquer l’émission de racines sur un rameau sans le couper de la plante dont il est issu.Tout d’abord on sélectionne une branche et on retire les feuilles de la partie qui va être enterrer. Ensuite on enfouie la partie dénudée et on ne fait dépasser que l’extrémité de la branche qui sera fixée à un tuteur. Pour maintenir la branche au sol, on utilise un croche

La bouture à l’étouffé : Cette technique se pratique à n’importe quelle période mais en mettant la bouture sous cloche (ou enfermée dans une grosse bouteille) ce qui garantie un taux d’humidité proche de 100 %. Il est indispensable d’aérer régulièrement. La technique de l’étouffé améliore significativement la reprise des boutures en évitant qu’elles ne s’assèchent.

Plusieurs facteurs conditionnent la réussite du bouturage :

Le choix de la bouture. Elle doit être prélevée sur des pieds mères exempts de tous parasites, maladies ou virus.

La préparation de la bouture Il est indispensablede désinfécter les outils.

Les conditions du milieu dans lequel elles seront placées.

L’époque. Sous serre, elle a peu d’importance pour les boutures herbacée. Le meilleur taux de réussite pour les boutures mi-aoûtées est la fin de l’été et le début de l’automne alors que les boutures ligneuses sont réalisées en automne et en hiver pendant le repos de végétation.

Les boutures de racines sont réalisées à la fin du repos végétatif, au printemps et parfois à la fin de l’été.

De la patience…

L’automne est là mais il n’est pas trop tard pour vous essayer à la technique du bouturage. Si en septembre certains d’entre-vous ont pu tenter les boutures herbacées de géraniums, romarins, verveines ou sauges; il est encore possible de faire des tentatives sur forsythias, fuchsias ou rosiers. Coupez proprement des extrémités de jeunes tiges non fleuries de 10 cm de longueur. Éliminez quelques feuilles de la base. Plantez dans un mélange de sable et tourbe, sous châssis à environ 10 ° et tenez légèrement humide. Vous pouvez repiquer six boutures dans un pot de 8 cm de diamètre. Conservez ainsi jusqu’au printemps suivant. Lorsque les boutures sont bien enracinées, plantez-les directement en place. Vous n’avez pas de châssis? Tentez la technique de bouture à l’étouffée ou conservez vos plantes en intérieur.
Après la plantation, coupez l’extrémité de la tige afin que la jeune sauge se ramifie. La 1ère floraison aura lieu dans l’été.