Thursday
23
October

Expertises d’arbres

tomographieCe vendredi 17 octobre 2014 vous avez peut-être pu apercevoir un groupe de personnes s’affairer autour d’un chêne centenaire. Depuis la détection par les jardiniers d’un champignon lignivore, l’arbre est suivi de près.  Chaque année des expertises sont réalisées sur le patrimoine arboré et vendredi dernier des techniques inhabituelles ont été utilisées. Technicien stagiaire en gestion durable du patrimoine arboré j’ai eu l’opportunité de suivre les experts de l’Office National des Forets lors de leur travail. Les arbres peuvent être examinés de façon visuelle par le technicien arboriste, mais il est parfois nécessaire de compléter cette analyse à l’aide d’outils plus complexes.

Cette journée s’est déroulée cette fois-ci en collaboration avec deux experts de l’ONF mais d’autres bureaux d’études peuvent parfois intervenir. Le but de cette opération est d’établir un diagnostic de l’état mécanique de l’arbre afin d’en définir la dangerosité et d’adapter au mieux sa gestion par l’équipe d’arboriculteurs. Le but premier est la sécurité des personnes mais pour cela plusieurs tests ont été effectués :
le test de traction qui simule l’effet d’un vent à 120 Km/h sur l’arbre
la tomographie qui permet d’avoir une image de l’intérieur du tronc

De nombreux arbres à fort intérêt sont implantés dans le parc Rochegude ainsi, ils sont tout particulièrement suivis. C’est le cas d’un chêne rouge ( Q. Rubra ) près des broderies et de l’hôtel Rochegude qui doit lutter face à un champignon racinaire. Compte tenu de sa taille il était impossible de ne pas faire de test afin d’assurer la sécurité des visiteurs du parc. Cette année le système racinaire a été évalué et les arboriste souhaitaient s’assurer que le Dryadeus n’avait pas altéré le bois du tronc, ainsi une tomographie a été réalisé afin de vérifier le niveau d’altération des tissus du bois : 15 petits capteurs installés autour du tronc pemettent d’analyser le parcours du son dans le bois et l’analyse des données est traduite sous forme d’image. Sur l’image chaque couleur correspond à une échelle de densité. Par chance le bois du tronc est homogène et aucune altération n’a été révélée par le test.

Le test de traction a quant à lui été réalisé sur un platane se situant à l’entrée du parc Castelnau. Ce test est plus visuel car il a mobilisé une nacelle afin d’installer un câble dans l’arbre permettant  une fois en tension de mesurer l’élasticité du tronc et l’inclinaison du plateau racinaire face à une bourrasque de vent.

Si les arbres ne sont apparemment pas près de s’écrouler, il est néanmoins important d’en assurer le suivi et de réaliser d’autres tests dans quelques années afin d’ajuster la gestion des arbres concernés.

Jérémy VIGUIER, le 20 octobre 2014