Thursday
16
October

Buis à sauver

pyrale-du-buis-chenilleLes maladies et les parasites émergents sont un réel problème pour les jardiniers, amateurs ou professionnels, qui doivent s’adapter rapidement pour espérer préserver leur patrimoine. A Albi où le buis est omniprésent, et notamment dans les deux jardins remarquables que sont le Parc Rochegude et le jardin du Palais de la Berbie, les jardiniers doivent faire face à deux problématiques : le Cylindrocladium buxifolia et la pyrale du Buis.

Le Cylindrocladium buxifolia est une maladie de dépérissement du buis observée en France depuis 5 ans, détectée dans le jardin du Palais de la Berbie depuis 3 à 4 ans. Les feuilles noircissent et se dessèchent peu à peu. Ce champignon se multiplie aisément lors d’épisodes pluvieux et à températures basses. Il se conserve très longtemps dans le sol et sur les parties infectées. Le service des Parcs, Jardins et Espaces Naturels réalise un traitement fongique chimique  sur les buis une fois par mois, selon l’intensité de la maladie (Il s’agît du seul traitement chimique réalisé à la Berbie). Le produit stoppe le développement de la maladie mais ne l’éradique pas. Les buis secs disparaissent et de nouvelles poussent réapparaissent au fil du temps.
Si le service n’intervenait pas régulièrement avec des traitements et l’expertise de spécialistes, la pérennité du jardin serait menacée.

La Pyrale du buis  est un papillon originaire d’Asie, arrivé en France par l’Europe du Nord il y a environ 3 ans. Les chenilles très voraces dévorent le feuillage du buis. Elles tissent des filaments blancs, les protégeant ainsi d’éventuels prédateurs et des produits de traitement. Aucun prédateur de cette chenille n’est connu à ce jour en Europe.
Le service des Parcs, Jardins et Espaces Naturels effectue des traitements insecticides avec un produit biologique (Bacillus thuringiensis) afin de diminuer fortement la population de ce ravageur.